mercredi 20 janvier 2016

Si seulement...

Samedi dernier, j'ai participé à des jeux d'écriture sur le thème du souvenir. Pour l'un d'eux, il fallait écrire un texte avec un maximum de mots commençant par le son "S", exercice classique que j'aime beaucoup.



Souviens-toi, c’était un six septembre.
Seize heures sonnaient. Sur le square survolé par les sternes scintillait un splendide soleil.
Sans se soucier de ses souliers sales, Samuel s’en allait. Il savait que sur seulement six cents mètres il saluerait Sidonie, sac serré sur son sempiternel sarreau sombre, puis Stéphane sortant son scooter et enfin Solange, sa splendide Solange, si simple, si souple, si sensible, si… Sensations subtilement sensuelles qu’il savourait comme on suçotte un sucre qui s’effrite et se dilue en sirop, serpent de saveur qui sinue et s’insinue et fait sursauter l’âme de joie.
Il sifflait et sautait sans craindre les sourires stupides de ceux qui ne savent pas ce que c’est de s’aimer.
Un side-car a surgit, l’a stoppé sans s’arrêter, l’a laissé sans souffle dans une seconde de survie. Solange sanglotait, suppliait Samuel qui s’en allait, comme son sang qui suintait sur le sol sec. Sentiment de solitude.
C’était un samedi, souviens-toi…

lundi 18 janvier 2016

Scrap de fête

Nous parlions l'autre jour de cadeaux personnalisés.
Je ne sais pas chez vous, mais chez moi j'ai en dépôt les souvenirs d'enfance de ma fille, dont ses photos de classe. Pour Noël, j'ai décidé de les regrouper dans un livre à lui offrir, de son entrée en maternelle à sa sortie du lycée, et j'ai personnalisé la couverture, comme j'avais déjà eu l'occasion de le faire pour d'autres photos importantes à mes yeux.

J'ai reçu ceci :
Voilà ce que j'en ai fait :



Bien sûr, il fallait aussi fabriquer un étui-paquet cadeau, que voici :

Et vous savez quoi ? Ses enfants se sont beaucoup amusés à regarder ces "vieilles" photos !
Et puis j'ai réalisé quelques cartes.
J'ai envoyé mes voeux à chacune des Chouettes Plumes de l'Atelier (17 tout de même !) :

J'ai voulu remercier une amie qui m'offre le gîte et le couvert à chacune de mes escapades en Morbihan :

Pour une autre, si nostalgique de la Bretagne :
Celle-ci, pour quelqu'un que je souhaiterais plus près :
Et les deux dernières parce que, même si nous nous voyons peu, nous ne nous oublions pas :


J'ai aussi monté un bel album en atelier, pour garder les souvenirs de cette fin d'année, mais il faudra attendre que je me décide à y coller les photos ! Comme d'habitude...

















































lundi 11 janvier 2016

Je partage

Il y a certaines choses qu'on reçoit dans sa messagerie, et qu'on trouve intéressantes, ou amusantes, saugrenues, voire carrément débiles ! 
J'aimerais vous montrer cet article :

Avez-vous une mémoire eidétique pour créer ?

On les envie ces personnes qui ont une mémoire eidétique… mais si vous connaissez, c’est la mémoire photographique qui vous permet de vous souvenir d’une grande quantité d’images, de sons, ou d’objets dans leurs moindres détails. Un super pouvoir bien pratique pour les comédiens (qui mémorisent ainsi plus facilement leurs textes), les créateurs comme les dessinateurs…
Ainsi l’artiste hollandais Stefan Bleekrode est doté de ce super pouvoir ce qui lui permet de reproduire les plus grandes villes du monde avec beaucoup de petits détails.
Stefan Bleekrode dessinantGrattes ciel de Stefan Bleekrode 
Il n’est pas le premier à créer de telles oeuvres. Ainsi Stephen Wiltshire  est appelé l’homme caméra. Autiste, il reproduit aussi en dessins des villes qu’il a survolées en hélicoptère. Son ouvre la plus magistrale est la fresque géante sur Tokyo longue de 16 mètres (à découvrir en vidéo).
La mémoire de Stephen Wiltshire
L’incroyabe mémoire de Stephen Wiltshire
Et vous avez-vous un super pouvoir de création ?!

*

vendredi 1 janvier 2016

2016



Je vous souhaite des rêves à n'en plus finir et l'envie furieuse d'en réaliser quelques uns. 

Je vous souhaite d'aimer ce qu'il faut aimer et d'oublier ce qu'il faut oublier. 

Je vous souhaite des passions, je vous souhaite des silences. 

Je vous souhaite des chants d'oiseaux au réveil et des rires d'enfants. 

Je vous souhaite de respecter les différences des autres, parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir. 

Je vous souhaite de résister à l'enlisement, à l'indifférence et aux vertus négatives de notre époque. 

Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l'aventure, à la vie, à l'amour, car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille. 

Je vous souhaite surtout d'être vous, fier de l'être et heureux, car le bonheur est notre destin véritable.

Les vœux de Jacques BREL, 1er janvier 1968 (Europe 1)