lundi 26 août 2019

Histoire d'entreprendre

C'est le thème de l'exposition actuelle à la médiathèque de Plouguerneau, sous-titrée : "Le Finistère et l'entreprise, 1800-1970".
Toujours en rapport avec le thème du moment, le dernier atelier d'écriture proposait d'écrire sur "Rêve d'entreprise, ou entreprise de rêve", au choix...

Rêver d'entreprendre, ça je sais faire ! Concrétiser est une autre paire de manches... "Avec des "si" on mettrait Paris en bouteille", dit-on. Pourtant il doit bien y avoir quelqu'un qui a réussit à faire entrer la Tour Eiffel et l'Arc de Triomphe, par le goulot, dans un litron de rouge dûment asséché ?

Continuons dans les belles phrases : "A coeur vaillant rien d'impossible" et "Comme ils ne savaient pas que c'était impossible, ils l'ont fait" ! Bla-bla-bla, je digresse pour cacher la vacuité de ma pensée. Il y aurait tant de choses à faire pour la planète, pour la survie de l'homme, pour humaniser le quotidien, tout simplement. Tous sont d'accord là-dessus, beaucoup s'en inquiètent et quelques uns s'y mettent, avec plus ou moins de moyens et beaucoup de conviction (s).

Et moi, là-dedans ? Tiens, j'essaierais de nettoyer l'environnement immédiat de notre belle Terre : je créerais une entreprise qui récolterait dans l'espace tous les morceaux plus ou moins identifiés d'engins divers, qui gravitent sur une orbite de plus en plus basse et finissent par s'écraser "sur une zone non habitée" disent les médias, comme s'ils étaient spécialement programmés pour ça ! Et puis ces déchets de technologie sont bourrés de matériaux qui pourraient être recyclés, ils pourraient créer des emplois, éviter peut-être une surexploitation de certaines régions, etc, etc...

Oui, ça ne serait pas mal comme entreprise, pour moi qu'on dit toujours dans la lune : balayeuse de stratosphère !

Si, comme moi, vous croyez que cette idée est bonne, n'hésitez pas à m'adresser un (gros) chèque. 

Sinon, vous pouvez tout simplement acheter sur le site The BookEdition "Les métiers improbables", le dernier livre des Anthologies Ephémères, vendu au profit de l'Association "Rêves". Ca, au moins, c'est du concret, et "ça humanise le quotidien" d'enfants malades hospitalisés. Pensez-y...



8 commentaires:

  1. Balayeuse de stratosphère, c'est une idée géniale mais attachée de presse te va très bien aussi et c'est encore plus génial de reparler des métiers improbables :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, merci ! Il n'y a pas foule dans mes allées, mais on ne sait jamais, il peut y arriver un voyageur égaré en mal de lecture... ;)

      Supprimer
  2. Ca ne veut rien dire, tu peux avoir beaucoup de lecteurs et peu de commentaires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est juste pour des causes comme celle-ci que j'ai un tout petit moment de regret ! Le reste du temps ça ne me chagrine pas du tout, il y a tant d'autres choses à faire. Bonne journée almanito.

      Supprimer
  3. Tu as le sens de l’image punch: « balayeuse de la stratosphère » tu sais mettre ton imagination fertile au service d’un thème qui paraît anodin. Bises du Québec

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Trugarez, Robert (merci en breton) ! Bises itou.

      Supprimer
  4. Pas foule, c'est vrai... mais doucement le livre continue de plaire et de trouver des lecteurs qui ne sont pas tous des auteurs. :)
    Merci encore.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tous les mercis vont à toi sans qui nous n'aurions peut-être pas pris ces singulières orientations professionnelles ! Gros bisous.

      Supprimer